Présentation

Épistanalyse

Une approche globale des Sciences

Épistanalyse est la Revue scientifique qui promeut un rapport synergique entre les sciences. D’un point de vue lexématique, le mot est composé de l’apocope « Épist » de « Épistémè » et de « analyse ». L’Épistémè doit se comprendre au sens de Michel Foucault comme un ensemble de rapports entre des sciences, des figures épistémologiques, des positivités et des pratiques discursives.

Cette lecture rhizomatique et transdisciplinaire se distancie de la perception husserlienne de l’épistémè comme science expérimentale opposable à la doxa entendue dans ses dimensions d’illusion ou de sembler-paraître. Épistanalyse est donc une Revue qui a une approche globale des sciences. Elle établit des passerelles et construit des parallèles  entre les discours et les expériences en science, entre les imaginaires et les découvertes, entre les formules et les locutions. Elle se veut une plate-forme d’échange entre les sciences, un lieu d’expression de toutes les sciences et une universalité de la pensée.

Épistanalyse décloisonne les disciplines pour faire de l’Université non pas la cité des Univers mais le lieu et l’espace des Univers cités. Dans le premier cas, les univers sont des champs de savoir autonomes et éloignés les uns des autres dans la faiblesse des attractions. Dans le second cas, elle est un espace de réflexion et de questionnement du rapport des sciences, le lieu de leurs mains tendues et l’arbre de leur embranchement. Toutes les sciences s’y rejoignent et s’y formulent. On l’aura noté le mot « formule » par exemple est polysémique car il désigne en même temps un énoncé et une modélisation, une arithmétique et un trait de pensée. « La formule » symbolise ainsi l’éventail transdisciplinaire des sciences.

Dans cette même allure, le mot « noyau » désigne inversement le cœur d’une pensée, le centre  d’un atome, l’essence d’une cellule, les principaux membres d’un syndicat, le corps rigide à l’intérieur d’un fruit, le sujet étalon d’un problème. De l’histoire à la biologie en passant par la psychologie, la littérature, les langues, la médecine, la criminologie, le droit, l’économie, les mathématiques, la physique, l’informatique, la géographie et la communication pour aboutir à l’anthropologie et à la sociologie, le champ des sciences grandement ouvert se résume à la seule notion d’analyse dont l’essentiel est d’identifier un problème et de le résoudre.

L’analyse en science permet à la fois l’identification d’un problème à partir de ses manifestations et la proposition de solution pour la résolution du problème. Autant les sciences du fonctionnement de l’homme et de la société, les sciences de l’imaginaire, les sciences de l’environnement que les sciences expérimentales ont pour but la résolution de problèmes pour l’épanouissement de l’humain en société.

DIANDUÉ Parfait

Professeur Des Universités

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password